Dom, le père des bêtàdom

Après des études aux beaux-Arts de Reims et aux Arts décoratifs de Strasbourg, l'envie d'embellir la chambre de ses enfants, le pousse à dessiner, à créer tout un bestiaire d'animaux fantastiques et très colorés bien loin de l'imagerie habituelle qui hantent les rayonnages pour enfants.

Tout ce petit monde imaginaire va peupler, coloniser petit à petit murs, plafonds jusqu'au mobilier, suscitant réactions enthousiastes voire passionnées. Des années, et bien des discussions plus tard sur la suite à donner à ses créations, c'est le grand saut.

(Un remerciement particulier à Julie Duffet, une photographe / vidéaste Strasbourgeoise, pour cette prise de vue)

Du croquis à l'illustration en couleur

Petits dessins griffonnés en noir et blanc sur un coin de carnet, ils prennent tout à coup de l'allure après une mise en couleur sur ordinateur. Chaque Bêtàdom porte un nom en rapport avec sa forme.


Ce sont les bêtes à Dom

Cette phrase captée, par hasard au détour d'un couloir familial, une contraction et quelques essais de signature plus tard leur donnent une véritable identité. Ce seront les Bêtàdom.


Un coussin qui fleure bon l'enfance

Pouvoir faire revivre la magie de l'enfance grâce au contact de coussins très colorés, d'une douceur et d'un moelleux qui donne envie de les prendre dans ses bras et de les câliner.


L'enfance a des couleurs, des odeurs, des lieux secrets connus d'elle seule...
il suffit d'entrouvrir la porte pour les retrouver.